L'évolution de la structure de l'emploi public en France au cours des années 2010

Documents

Date de parution : Octobre 2021 Numéro : s/o Organisation émettrice : INSEE et DARES Source : https://www.fonction-publique.g...

L'évolution de la structure de l'emploi public en France au cours des années 2010

Dans un rapport intitulé Emploi, chômage, revenus du travail, l’INSEE et la DARES présentent un ensemble d’analyses et d’indicateurs portant sur l’état du marché du travail en 2019 en France, quelques mois avant le déclenchement de la crise du Covid-19. Une partie du dossier est consacrée à la situation de l’emploi public en France et à son évolution depuis le début de la décennie.

 En 2019, l’emploi public en France représente près d’un emploi sur cinq, soit un total de 5.7 millions d’agents publics et de salariés répartis entre trois versants :

  • 2.5 millions de membres de la fonction publique de l’Etat (FPE)
  • 1.9 millions d’agents de la fonction publique territoriale (FPT)
  • 1.2 millions d’agents dans la fonction publique hospitalière (FPH)

Entre 2011 et 2019, l’emploi public a certes augmenté (+0.4%/an), mais à un rythme moins important que l’emploi total (+0.7%/an). Le recul des contrats aidés à partir de 2017 est l’une des explications de cette augmentation relativement lente, ainsi que le faible dynamisme de la croissance des effectifs de la fonction publique d’état (+0.1%/an).

Logiquement, la part de la fonction publique dans l’emploi total a diminué entre 2011 et 2019 (-0.4 point), même si certains territoires ont vu ce pourcentage augmenter notamment du fait de leur faible dynamisme économique et démographique. Ainsi, dans les départements d’Outre-Mer (30%) et dans certains départements de province peu peuplés tels que la Haute-Vienne ou la Creuse (26%), l’emploi public représente plus d’un emploi sur quatre.

Les agents de la fonction publique d’Etat représentent à eux seuls 7.7% de l’emploi total sur le territoire. Trois agents civils sur quatre de la fonction publique de l’Etat travaillent en province : dans des services en lien avec la population (enseignement, police, etc), dans des services d’administration territoriale, mais aussi dans des services nationaux.

La part des agents travaillant dans l’enseignement est particulièrement élevée : pratiquement 2 agents sur 3 occupent un poste dans l’enseignement supérieur ou un établissement public scientifique et technologique. Ce sont eux qui contribuent le plus à la hausse des effectifs sur le territoire national, dans la continuité des dynamiques démographiques locales qui entraînent la création ou la suppression de classes.

De manière générale, l’emploi dans la FPE est corrélé à l’évolution de la population : les départements où la population croit le plus sont en général ceux où l’emploi des services territoriaux augmente le plus (en volume), ou diminue le moins. L’enseignement primaire et secondaire est donc concerné, tout comme les effectifs de Police Nationale et de Justice. Seule exception, l’enseignement supérieur où aucun lien évident ne ressort entre l’emploi en agents publics et la population en âge d’y être scolarisé. Cela s’explique par l’implantation historique des établissements du supérieur dans les capitales de régions et par le fait que leur vivier de recrutement dépasse largement leur département d’implantation.

Pour finir, on peut noter la diminution importante de la présence de l’administration territoriale de l’Etat dans les directions départementales (-35%) et dans les directions régionales (-17%) depuis 2011. Les directions départementales interministérielles ont ainsi perdu pas moins de 11 000 agents, principalement au sein du ministère de la Transition écologique et solidaire, mais également dans les directions départementales de la cohésion sociale et de la protection des populations dont les effectifs moins nombreux ont reculé de 24 % en 8 ans.

Documents à télécharger

Revenir